top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCasimir de Hauteclocque

Jour 5 - 16 avril 2014 (Juche 103)

6h de route pour 110 000 cadeaux

Nous partons le matin pour le Nord du pays, dans les montagnes pour voir un musée sur Kim Il Sung et Kim Jong Il (pour changer). Comme souvent, la route en elle-même est plus intéressante que la destination et nous offre un véritable voyage dans le temps. Sur le trajet, on voit de nouveau la pauvreté de la province : chercheurs d’or dans les rivières, nombreux marcheurs dans les plaines alentour, où des paysans grattent la terre à la main ou avec des charrues en bois tirés par des boeufs rachitiques, ou le long de la route et des voies ferrées (et même à un moment sur un pont ne comprenant qu’une voie ferrée avec peu d’espace latéral ; le train ne doit pas être très fréquent), je vois aussi la construction d’une centrale électrique par des soldats et des volontaires, venus de diverses unités de production du pays. Le plus choquant est sans doute deux enfants qui semblent assez jeunes que je vois rapidement transporter de lourds sac de pierre, profitant sans doute de ce jour férié pour travailler puisqu’ils n’ont pas école…


Après près de 3 heures de bus, nous arrivons devant une grande bâtisse. Après avoir mis des gants pour en pousser la monumentale porte de bronze, mis des sur-chaussures pour ne pas y apporter de poussière et avoir passé la sécurité, nous entrons dans la première des 140 salles du bâtiment, pour y voir quelques-uns des 113030 cadeaux, de 184 pays différents, offerts aux Kim. La collection est surréaliste : on y voit des cadeaux de chefs d’État, de partis communistes de la terre entière, de petits clubs d’amitié nationalo-coréenne ou même de simple particuliers anonymes. La variété des cadeaux semble aussi invraisemblable : on y voit des superbes vases, des défenses d’éléphants entièrement sculptées, un petit vase en verre offert par Mitterrand, une tour Eiffel miniature qu’on peut acheter 10 euros sur le champ de mars, des armes, des animaux sauvages dont seules les photos sont exposées, des choppes de bière, un globe d’écolier qui s’illumine quand on le branche, des boules de pétanque flanquées du drapeau de la RPDC, un couteau suisse, des tableaux, une peau gigantesque d’ours blanc, des voitures, etc.


Avoir montré notre respect en nous inclinant en ligne devant les statues de cire de Kim Il Sung, Kim Jong il et Kim Jong Suk (la femme de KIS), nous sortons du bâtiment et la guide nous propose d’aller dans le deuxième bâtiment, consacré aux cadeaux à Kim Jong Il puisque ce premier bâtiment était exclusivement consacré au président Kim Il Sung. Je ne trouve pas cela très intéressant mais comme nous voyageons en groupe, nous votons pour savoir si on doit aller voir un deuxième bâtiment identique. C’est un comble pour ici, il faut voter mais nous avons deux choix ! Pour deux voies, le groupe choisit malheureusement de continuer mais je reste dans le bus avec les autres perdants de la démocratie pour écrire mes cartes postales.


Un moment intéressant de la visite était lorsque la guide, voyant ma curiosité à l’égard du musée, m’a demandé (via la traduction de Ri), ce que m’avaient dit mes amis lorsque je leur ai dit que j’allais en RPDC. J’ai donc dû user de quelques pirouettes verbales pour dire la vérité sans insulter leur pays.


Dernière visite de Pyongyang

Nous retournons ensuite à Pyongyang après un déjeuner et la visite d’un temple/musée bouddhiste à l’intérêt relativement limité. Nous montons au somment de la tour de la pensée Juche, tour étroite de 150 mètres de haut surmontée de la flamme de l’idée Juche, affirmant que chacun est le maitre de sa propre destinée. La vue de Pyongyang est impressionnante, tout est carré, on croirait la ville fabriquée en lego !


La dernière visite de la journée est consacrée à l’exposition annuelle de fleurs. Dans les années 70, l’Indonésie a offert une orchidée spécialement greffée à Kim Il Sung, la Kimilsungia, qui est depuis exposée en masse chaque année à l’occasion de l’anniversaire du Président. On y voit de nombreux pyongyongais, notamment des militaires, venir faire des selfies en famille et en sourire devant les orchidées encadrant des portraits des leaders ou des miniatures des monuments de la ville.



1 vue0 commentaire

תגובות


Post: Blog2_Post
bottom of page